LE BAYREUTH de KATHARINA WAGNER: QUELQUES OBSERVATIONS.

Katharina Wagner à la cérémonie à la mémoire de Wolfgang Wagner le 24 juillet 2019

Bayreuth ist Werkstätte fûr das wagnersche Werk geblieben und hat als solches Festspielrang und Weltgeltung sich errungen, das darf man, glaube ich, in aller Beschiedenheit sagen. BAyreuth wird, glaube ich, so lange leben, als es sich ganz streng auf die Aufgabe, Werkstätte zu bleiben, konzentriert.

Wieland Wagner

Bayreuth est resté un atelier pour l’œuvre de Wagner et, en tant que tel, a acquis sa place de festival et sa réputation mondiale, on peut, je crois, le dire avec solennité. Je crois que Bayreuth vivra tant qu’il s’attachera strictement à rester un atelier.
Wieland Wagner

Bayreuth : une chute permanente de niveau, depuis la fin du XIXème siècle.

La production de Tannhäuser, signée Tobias Kratzer, a relancé les polémiques périodiques sur la situation du Festival de Bayreuth depuis que Katharina Wagner en a pris les rênes. Elle aurait livré le Festival à un cercle de metteurs en scènes « intellectuels » échevelés, qui fouleraient aux pieds la musique et l’art de Richard Wagner, une sorte d’enfant terrible de la famille dans les mains de laquelle serait tombé le Festival pour sa ruine.
Je caricature à peine les remarques de certains sur la gestion du Festival.
Alors, j’ai pensé qu’il était bon d’observer les éléments de cette gestion, où Katharina Wagner cherche à donner un Festival un cours sinon nouveau, du moins un peu différent.
On feint de croire aujourd’hui que tout est venu de Katharina Wagner qui imposerait sur la scène de Bayreuth des metteurs en scène repoussoirs, empêchant les vrais wagnériens de grimper sur la Colline pour recueillir la nourriture céleste (ils ne le peuvent plus car ils trouveraient dans les jardins Le Gâteau Chocolat ! Horribile visu !).
On doit le répéter, le niveau de Bayreuth a été critiqué dès la fin du XIXème, comme en chute irrémédiable, et Wieland Wagner a été honni, notamment dès son premier Parsifal en 1951 et surtout après ses Meistersinger de 1956, immense scandale considéré comme une trahison (presque plus grande que celle de Chéreau). Scandale en 1972 avec Tannhäuser (déjà !), scandale bien sûr avec le Ring de Chéreau en 1976 (et en 1977, mais moins après) , avec calicots, affiches, distributions de tracts, faux bruits, déclarations tonitruantes, hurlements dans la salle.

Manifestations contre le Ring de Chéreau en 1976

On y retrouve le reproche à Bayreuth d’être un Disneyland (exactement comme je l’ai lu cette année dans des commentaires). Ce Disneyland, ce n’est donc pas Katharina Wagner qui l’a inventé mais son oncle Wieland et surtout son père, Wolfgang Wagner dont on a célébré le centenaire de la naissance cet été, et qui avait compris après la mort de son frère que sans Wieland sous la main, il « fallait s’adresser au marché » (comme on dit) et que la singularité de Bayreuth viendrait de son statut de fer de lance de la mise en scène wagnérienne, seul créneau possible pour que Bayreuth soit installé durablement dans la lumière : la concurrence musicale est forte, d’autres scènes affichent les grands du chant wagnérien, mais du point de vue de la mise en scène, la plupart des grands théâtres allemands ne peuvent aller trop loin dans l’expérimentation et l’ouverture, notamment à cause du système de répertoire, qui exige des productions qui puissent tenir plusieurs saisons, même si certaines scènes (Francfort par exemple) ont été elles-aussi un fer de lance de la mise en scène notamment dans les années 80.
Le concept de Werkstatt Bayreuth est né avec le Festival lui-même, dédié exclusivement aux œuvres de Richard Wagner, dans une salle elle-même conçue pour ces œuvres, et en quelque sorte, expérimentale. Le Festival est depuis longtemps un laboratoire pour chanteurs, souvent des jeunes, souvent des promesses, comme une Leonie Rysanek, 25 ans en 1951, ou d’autres découvertes sur la Colline, les Fritz Uhl ou les Vickers (arrivé à 32 ans pour Siegmund en 1958), ou Grace Bumbry qui débute sur les scènes en 1960 (à Paris d’ailleurs) et à Bayreuth en 1961 et plus récemment les Hoffmann, les Salminen, les Stemme, les Meier, les Theorin et cette année les Davidsen.

En réalité le concept développé par Wieland, puis Wolfgang Wagner permet de justifier l’importance de la mise en scène à Bayreuth, théâtre unique dont l’architecture même donne au visuel la première place parce que pour Wagner, avant la musique il y a la poésie, le mot et donc le théâtre : il écrit ses poèmes et les met en musique et non l’inverse.
C’est donc d’abord la mise en scène qui fait la singularité de Bayreuth parce que simplement le théâtre a été conçu pour cela. C’est la fosse qui est cachée, pas la scène et cette décision en 1876 est une innovation telle…qu’aucun architecte ne la reproduira par la suite, tant elle renverse les habitudes et les rites de l’opéra.
Si l’on proteste contre la prétendue prééminence de la mise en scène, c’est donc à Wagner qu’on doit s’en prendre…à Wagner, dont les réflexions sont le point de départ de toutes les théories futures de la mise en scène, à commencer par Adolphe Appia et Edward Gordon Craig.
Il est alors amusant d’entendre parler de respect des « intentions » de l’auteur…
Périodiquement donc, des spectateurs protestent contre une « décadence de Bayreuth » : cette chute vertigineuse est plus que centenaire. Le Festival n’en finit jamais de s’écraser .Alors, ignorant ou feignant d’ignorer cette longue histoire, ils focalisent contre Katharina Wagner, qui aurait transformé le Festival en champ clos des expériences de metteurs en scène dictatoriaux ignorant la musique de Wagner et seulement avides de vendre leur camelote dramaturgique, alors qu’elle ne fait que poursuivre l’œuvre de son père et de son oncle et une évolution désormais séculaire.
Katharina Wagner a conseillé son père depuis les années 2000, on lui doit notamment la venue de Schlingensief pour le Parsifal de 2004, et on lui doit une mise en scène de Meistersinger qui a remis à plat le rôle de cette œuvre à Bayreuth. Wolfgang, en manager avisé et en observateur de l’évolution des choses théâtrales a laissé faire, parce qu’il savait que c’était la seule voie possible. Rappelons encore une fois ce que Wieland disait:

«  Je crois que Bayreuth vivra tant qu’il s’attachera strictement à rester un atelier.»
Wieland Wagner

La nature du Festival de Bayreuth, n’en déplaise aux « gardiens du Temple » qui en réalité se comportent en fossoyeurs, c’est d’être un champ expérimental, un laboratoire qui exploite les possibles musicaux et surtout scéniques de l’œuvre de Wagner.
Personne par ailleurs ne considère Bayreuth comme un Festival qui déterminerait une vérité wagnérienne, c’est tout le contraire : Bayreuth, dans sa programmation, explore des styles, donne la parole à des personnalités très différentes, mais qui ont toutes en commun d’explorer l’œuvre de Wagner, soulignant ainsi sa vivacité, son actualité et ne l’enfermant pas dans une vision muséale pour fossiles ou momies. C’est d’ailleurs ce qu’un groupe américain de Facebook revendique : le groupe « Against Modern Opera Productions » (contre les productions modernes d’opéra) se revendique donc par force « pour les anciennes productions »…quand on parle de musée et de fossiles…

C’est donc par nature que Bayreuth est ouvert à tous les innovations (y compris techniques d’ailleurs) et se trouve disponible pour les metteurs en scène, et non à cause de tel ou tel. Katharina Wagner n’a rien fait d’autre qu’emprunter une voie ouverte par son aïeul, et plus avant par le « Neues Bayreuth ».

C’est vrai, Katharina Wagner est une intellectuelle, qui évolue dans des cercles de théâtre berlinois et qui est dépositaire d’une tradition théâtrale issue du Regietheater, comme la plupart des gens de théâtre de sa génération en Allemagne, une tradition dramaturgique singulière qui a fait que le Ring du bicentenaire de 2013 a été confié à Frank Castorf, après divers refus d’autres (Bayreuth aimerait un grand cinéaste et cela ne se fait pas), que le Tannhäuser de 2010 l’a été à Sebastian Baumgarten ou que le Fliegende Holländer à Jan Philipp Gloger après avoir été proposé par Wolfgang à Claus Guth, ou Lohengrin à Hans Neuenfels.
Qu’Hans Neuenfels et Frank Castorf, arrivent enfin sur la Colline, rien de plus légitime au vu de leur carrière, il ne s’agit pas là de laboratoire (encore que) mais d’une reconnaissance de l’apport immense que ces metteurs en scène ont donné au théâtre allemand. Et pour Frank Castorf, c’était un laboratoire personnel puisqu’il affrontait avec le Ring sa première mise en scène d’opéra.

En 2008, les rôles étaient bien définis: elle suivait les questions scéniques et Eva sa demi-sœur était chargée des aspects musicaux chargée; on lui doit notamment (ce qui n’est pas rien) la venue de Kirill Petrenko.  Eva Wagner avait été désignée comme successeur de Wolfgang au début des années 2000 mais ce dernier s’y était opposé, arguant de son statut de directeur « à vie ». Nous ne reviendrons pas sur les aventures de la famille Wagner, sur la tentative (très politique) de Nike fille de Wieland de candidater avec Gérard Mortier. Il reste que Wolfgang a fini par laisser les rênes à ses deux filles, en 2008, reproduisant ainsi le couple Wolfgang/Wieland en couple Eva/Katharina. Mais entre Eva née en 1945 et Katharina en 1978, l’une en fin de carrière et l’autre en pleine force de l’âge, il était évident que les choses seraient difficiles, d’autant que la présence de Christian Thielemann a coupé un peu l’herbe sous le pied au rôle « musical » d’Eva. Elle abandonne la direction en 2015, laissant sa demi-sœur seule à la tête de l’entreprise.

Les orientations du Festival

Nous avons vu que les crispations autour de Katharina Wagner n’ont pas lieu d’être puisqu’elle continue la tradition novatrice du Festival, et avec les inévitables polémiques et discussions, en soi vivifiantes, qui ont accompagné la vie du Festival. Salzbourg, l’autre festival, est plutôt un festival de gloires consacrées mais il a eu lui aussi besoin de sa cure de jouvence, nommée Gérard Mortier, qui en a relancé l’intérêt : on a vu les difficultés pour Salzbourg de retrouver une programmation intéressante après son départ.
Bayreuth n’a jamais dévié de ligne, et a toujours voulu être le lieu des possibles de l’œuvre wagnérienne, défendant un discours scénique qui problématise l’œuvre, à chaque fois en rapport avec l’époque  selon les bonnes lois de l’herméneutique et donc reflet des tendances théâtrales du moment, en phase avec son temps, ce qui est plutôt flatteur pour Richard Wagner..

La marque de Katharina n’est donc pas, contrairement à ce qu’une certaine presse ou certains critiques veulent faire croire, des mises en scènes « modernes » (qui peuvent être bonnes ou mauvaises d’ailleurs, celle de Baumgarten de Tannhäuser, toute « moderne » qu’elle fût, n’a pas vraiment été une réussite) parce qu’elle se situe dans la droite ligne historique du Festival, mais elle se singularise plutôt par d’autres orientations, qui lui sont sans doute plus spécifiques et que nous aborderons plus avant.

Enfin quelques observations sur des développements récents:

  • D’abord, sa présence et celle de Christian Thielemann dans la mise en scène du Tannhäuser de Tobias Kratzer cette année montre une disponibilité et un sens de l’humour qui n’est pas indifférent dans un lieu aussi sacralisé que Bayreuth. Et c’est pour moi un signe très positif.
Tannhäuser , MeS Tobias Kratzer, extrait de la vidéo de Manuel Braun (Le Gâteau Chocolat en contemplation devant le photo de Christian Thielemann)
  • Ces dernières années, le Festival a essayé d’appeler des stars et de créer l’événement ou au moins le buzz médiatique. Buzz médiatique il y a eu, mais pas exactement dans le sens voulu. Les problèmes de distribution qui ont motivé tous les changements ces dernières années avec des problèmes de planning afférents (les saisons n’ont pas la régularité d’il y a quatre ou cinq ans, avec de longues interruptions (voir les dates du Tannhäuser cette année) sont dus à la volonté d’avoir quelques stars pour faire buzz, Lohengrin étant emblématique à cet effet : dans la production Neuenfels, Kaufmann fut à l’affiche un an seulement, dans la production Sharon, Harteros n’a fait qu’un an, elle aussi, Alagna a renoncé avant la première, Netrebko a annulé ses deux représentations cette année (deux représentations choisies à des dates qui lui permettaient pourtant de ne pas répéter) alors qu’elle était prévue à l’origine pour 2018 avec Alagna. D’autres stars lancées par Bayreuth n’ont pas la reconnaissance du ventre (Stemme).
    Appeler des stars de la baguette (Gergiev), ou des stars du chant ne convient pas à Bayreuth, d’abord parce que Bayreuth ne paie pas à la célébrité, mais au rôle, et exige une présence plus longue qu’ailleurs. Toutes bonnes raisons qui vont contre les tendances actuelles du marché. Il vaut bien mieux appeler des jeunes : Bayreuth « Werkstatt » demande une disponibilité aux artistes qui reste exceptionnelle.
  • Ainsi du Ring 2020; Katharina Wagner a annoncé les protagonistes du Ring 2020 en prenant tout le monde de court. Il est vrai qu’on avait compris que les bruits qui circulaient précédemment ne resteraient que des bruits et ne se concrétiseraient pas. À deux ans de la manifestation, aucun chef de renom n’aurait l’agenda disponible. Quant à la mise en scène, Frank Castorf avait accepté (mais pas son décorateur habituel Bert Neumann) le défi d’une préparation de quatre opéras en à peine plus d’un an. Le défi fut relevé, et avec quel succès.
    À part un Castorf, seule une équipe d’artistes peu connus qui ont tout à gagner, pouvait se lancer dans pareille aventure. Forte du fait que son Ring était déjà distribué – et la distribution prévue est une garantie, elle a donc été cherché un chef qui avait déjà travaillé avec Christine Goerke, et qui avait déjà dirigé un Ring entier, Pietari Inkinen (il aura 40 ans, à peu près l’âge où les chefs arrivent à Bayreuth, comme Boulez en 1966, ou Barenboim en 1982, ou Petrenko en 2013) un peu connu en Allemagne parce qu’il entame sa troisième saison à la tête du Deutsche Radio Philharmonie de Saarbrücken, estampillé formation finlandaise, et un metteur en scène, Valentin Schwarz totalement inconnu au bataillon international, avec un décorateur italien, Andrea Cozzi. Pourtant une fois n’est pas coutume, Valentin Schwarz a déjà mis en scène avec Andrea Cozzi l’hiver dernier en France, à Montpellier, un Don Pasquale qui n’a pas l’air d’avoir si mal marché. Et gageons qu’on observera avec attention sa Turandot à Darmstadt à partir du 31 août prochain. Donner sa chance à une équipe nouvelle c’est un risque qu’elle assume, en s’amusant à prendre à revers toute la presse. Et c’est positif.

Quelques rappels

Katharina Wagner créé à la tête du festival une sorte de Troika, composée de Christian Thielemann comme directeur musical (Musikdirektor, le titre n’est plus comme au départ « conseiller musical »), d’Holger von Berg, directeur administratif et financier et d’elle-même, en fait, la structure habituelle de n’importe quel théâtre public.
C’en est fini de la monarchie absolue de Wolfgang Wagner, même si elle garde le dernier mot en tant que Festspielleiterin. (Directrice du Festival). Il ne nous appartient pas de discuter la validité ou non de la présence d’un Wagner à la tête du Festival, les règles installées depuis 1973 stipulant que c’est un Wagner qui a la direction du Festival s’il en a les compétences.
Depuis 1973, le Festival n’est plus la propriété de la famille, mais de la Fondation Richard Wagner-Bayreuth, qui loue ses espaces (Théâtre, ateliers, espaces de répétitions, restaurants) à la société Bayreuther Festspiele Gmbh. La fondation est composée à égale part (29%) de l’État fédéral, de l’État libre de Bavière, de la Société des Amis de Bayreuth et à 13% de la ville de Bayreuth. Son budget est composé des aides (environ 40% dont 28% de subventions publiques) les recettes propres couvrant le reste.

Mais dans l’organigramme depuis 2008 est apparu une autre structure, création de Katharina Wagner, BFMedien Gmbh, fililale de Bayreuther Festspiele Gmbh, dont Katharina Wagner a l’entière responsabilité et qui semble bien être son espace d’initiative personnelle. 
C’est la structure qui a la responsabilité de la diffusion des retransmissions TV, streaming etc… des productions du Festival (une par an, en général maintenant la Première) BRKlassik, la radio bavaroise, continuant de proposer les retransmissions radio des premières représentations. Mais surtout du Kinderoper, l’opéra pour enfants, création singulière de Katharina Wagner qui obtient un succès retentissant chaque année.

Le « Kinderoper » Opéra pour enfants


Il est curieux que les contempteurs du Bayreuth actuel ne prennent jamais position sur cette entreprise, plutôt étonnante: proposer un Festival de Bayreuth parallèle, pour  enfants, chaque année focalisé autour d’une œuvre, dans un des espaces de répétition du Festival. Pour cela sont mobilisés pour l’essentiel des chanteurs engagés dans le festival, des équipes de production spécifiques, un orchestre (celui du Brandenburg de Frankfurt am Oder). Il s’agit de spectacles conçus pour les enfants, à partir des livrets de Wagner réadaptés par Katharina Wagner et Markus Laatsch, en une version concentrée qui dure un peu plus d’une heure (l’an dernier, le Ring durait 2h30 environ avec entracte).
Ce sont de véritables productions, très soignées, d’une qualité musicale incontestable et scéniquement adaptées aux enfants, même les histoires un peu difficiles comme Tannhäuser ou Meistersinger. Ce ne sont pas forcément les morceaux qui musicalement sont les plus beaux qui sont gardés, mais ceux qui permettent aux enfants de mieux suivre l’histoire. On essaie de créer à chaque fois des interactions avec la salle, remplie d’enfants (environ 75 à 80% du public). De plus, il est distribué à la fin un livret qui reprend l’histoire, qui présente les participants, rempli de petits jeux permettant de vérifier que l’opéra a été compris.
C’est une excellente entrée en matière pour l’opéra en général et l’opéra wagnérien en particulier, parce que la plupart du temps, la trame renvoie à l’univers des contes et les enfants suivent avec une attention soutenue, sollicités par les acteurs-chanteurs. Par exemple, dans les Meistersinger cette année, on les sollicite pour qu’ils chantent de la manière la plus puissante le fameux Wach auf !
Cette adaptation pour enfants de pièces du répertoire nous semble une excellente voie pour amener à l’opéra le jeune public, bien plus que les « opéras pour enfants » écrits spécifiquement pour ce public. Et le mérite en l’occurrence en revient à Katharina Wagner. L’opération est tellement réussie (chaque représentation affiche complet) que plusieurs théâtres européens se sont intéressés à ces productions qui commencent à s’exporter.

Les autres manifestations

Autour du festival ont toujours été organisées des manifestations, à l’initiative de la fondation ou du Musée Richard Wagner comme les expositions monographiques à Wahnfried (cette année sur Wolfgang Wagner) ou à l’initiative d’organisateurs de concerts (les récitals à l’Opéra des Markgraves par exemple) voire de l’orchestre : j’ai ainsi assisté en 1977 ou 1978 dans un camping aménagé (à Marktschorgast, à 25 km au Nord de Bayreuth) aux Quatre Saisons de Vivaldi avec un ensemble issu de l’Orchestre du festival dirigé par…Pierre Boulez.
Les expositions ne sont jamais hagiographiques, et évoquent avec netteté les questions plus gênantes (par exemple les relations de Wieland et Wolfgang avec le nazisme) et sont en général bien faites, utilisant abondamment les fonds du Festival ou les archives de la famille, coordonnées par le Musée Richard Wagner (Wahnfried).
Bayreuth dit Frank Castorf « sent le savon », c’est à dire que le Festival n’en finit pas d’essayer de laver la tache qu’a constitué ses relations/compromissions avec Adolf Hitler et le nazisme, et Katharina Wagner (on l’avait vu avec ses Meistersinger et encore plus avec ceux de Kosky) s’attache à montrer que cette histoire est close, en affrontant la vérité ; désormais, la génération précédente (Verena, dernière sœur de Wolfgang et Wieland vient de mourir) n’est plus et c’est une autre génération qui a en main le Festival.

Cette année, on fête le centenaire de Wolfgang Wagner, mais aussi le 150ème anniversaire de Siegfried Wagner, le père de Wieland et Wolfgang, par un spectacle intitulé Siegfried largement évoqué dans le site du festival sur une petite scène de Bayreuth, la Reichshof Kulturbühne, écrit par Feridun Zaimoglu et Günter Senkel dans une mise en scène de Philipp Preuss.
La direction de la production est assurée par Katharina Wagner qui s’implique directement dans ces manifestations parallèles, cherchant aussi à ouvrir le Festival à un plus large public, et cherchant aussi à donner au Festival dans une respiration plus large par du théâtre, par l’opéra pour enfants, par des concerts, par des congrès thématiques.

Diskurs

Il y a eu par le passé des symposiums ou des congrès, mais irrégulièrement ; Katharina Wagner a voulu quelque chose de plus régulier, intitulé Diskurs, qui travaille chaque année sur une thématique donnée, reliée évidemment à l’œuvre de Richard Wagner ou aux problématiques que Wagner a posées dans ses écrits et donnant lieu à publication.
Comme le dit le site du festival: la manifestation Diskurs-Bayreuth élargit le spectre du festival de Bayreuth depuis 2017. Le programme approfondit le phénomène “Richard Wagner” lors de concerts, de productions scéniques, de symposiums.

L’an dernier la thématique était « Verbote in der Kunst » (les interdits dans l’art) avec comme sous-titre, Positionen zur Freiheit der Künste von Wagner bis heute (Positions sur la liberté des arts de Wagner à aujourd’hui), qui vient de faire l’objet d’une publication

Les actes de “Diskurs – Bayreuth 2018”

En 2017, la thématique était « Wagner pendant le Nationalsocialisme » avec comme sous-titre Sur la question du péché en art.
En 2019, outre l’évocation de Siegfried Wagner signalée ci-dessus, la thématique est « Szenen Macher » (ceux qui font la scène) avec comme sous-titre Richard Wagner, drame et mise en scène, des réflexions sur la scène sur les positions des chanteurs au temps de Wagner, sur la gestion du Festival par les femmes (Cosima et Winifred), sur l’après Chéreau et la question de la mise en scène, avec des musicologues, historiens du théâtre, metteurs en scène (Tobias Kratzer, Johannes Erath) dramaturges (Alexander Meier-Dörzenbach, dramaturge de Stefan Herheim). Comme on le voit, la problématique de la mise en scène est évoquée ici historiquement et esthétiquement, posant Chéreau comme le pivot de l’évolution récente.

Katharina Wagner veut que le Festival de Bayreuth soit non seulement un atelier de production des œuvres (le fameux Werkstatt Bayreuth), mais aussi un lieu de référence intellectuelle sur les études wagnériennes et questions posées par l’œuvre, qu’elles soient historiques ou esthétiques. Il s’agit aussi, en proposant des opéras pour enfants ou des concerts de musiques influencées directement ou non par Wagner (musique de chambre, récitals), de considérer la plasticité de l’œuvre wagnérienne et son influence jusqu’à nos jours.

Par Diskurs Bayreuth, fort intelligemment Katharina Wagner évacue les discussions stériles sur telle ou telle mise en scène, et met sur le métier la seule position possible, à savoir le rôle intellectuel du Festival, la question de l’expérimentation, du laboratoire qu’il soit scénique ou universitaire (les derniers états de la recherche), en faisant appel à des artistes ou à des chercheurs d’aujourd’hui, qui posent des questions nouvelles et explorent d’autres possibles. Et elle répond ainsi sur le terrain de l’esprit à ceux qui restent sur le terrain de l’invective.
Toutes ces initiatives sont déterminées par ses idées et la volonté à la fois de montrer l’actualité de Wagner, mais aussi d’être lié au monde contemporain, de penser aux générations futures et de continuer à stimuler la recherche. Il n’y a rien là que de très logique, puisque Wagner est à la fois un théoricien, un écrivain et un musicien.

De nouvelles organisations

La communication et la billetterie

Katharina Wagner a compris aussi que le Festival devait changer de politique de communication, et c’est la partie plus organisationnelle et logistique qui est ici interpellée.
Tous ceux qui suivent le Festival de Bayreuth ont constaté que la communication du Festival a changé dans les dernières années. Jusqu’à une date récente, son absence sur les réseaux sociaux était un élément tellement étonnant que le Festival de Bayreuth n’a pas d’adresse « Bayreuther Festpiele » mais « Wagner festival », un habile internaute ayant utilisé l’adresse laissée libre par le festival qui avait négligé tout cet aspect aujourd’hui déterminant..
En effet, le Festival a pendant toute son existence considéré ne pas avoir besoin de communication spécifique : il affichait complet, et il fallait attendre des années (sept à dix ans) avant de pouvoir prétendre à une place, le public était captif et en plus se renouvelait (un des effets des mises en scènes dites « modernes » et de Chéreau en particulier est de renouveler profondément le public des festivaliers).
C’était une sorte de forteresse qui d’ailleurs excitait la curiosité par cette impossibilité même d’y pénétrer et garantissait un afflux de demandes bien supérieur à l’offre. Et ne pas avoir de politique de communication était aussi une dépense en moins.
L’Etat fédéral (la chancelière Merkel est spectatrice assidue du Festival) a émis à ce propos des remarques particulières sur la nécessité pour le festival de s’ouvrir à un public plus large, de donner une accessibilité plus grande de la salle, dans la mesure où subventions publiques signifient ouverture à ceux qui par leurs impôts paient un festival jusque-là plutôt fermé. Et en l’espace de quelques années bien des choses ont évolué.
D’une gestion « papier » de la billetterie, on est passé à une gestion électronique, non sans difficultés d’ailleurs, les spectateurs se souviennent des premières années difficiles et désormais internet a permis de débloquer les choses. Parallèlement, ont été réduits les contingents de la Gesellschaft der Freunde von Bayreuth et des Cercles Richard Wagner qui forment un public captif. De fait aujourd’hui en s’y prenant habilement, on peut avoir des places au Festival, d’autant qu’après les dates butoir, régulièrement apparaissent des places disponibles, mais au total les représentations affichent complet. Seuls Parsifal et Tristan disposaient cette année de quelques places disponibles. Les productions les plus récentes (cette année Tannhäuser et Lohengrin) ou les meilleures (c’est le cas des Meistersinger von Nürnberg de Kosky, mais le titre a toujours par ailleurs une fréquentation haute). La billetterie s’est donc « normalisée », mais ceux qui écrivent qu’à Bayreuth désormais on peut avoir des places comme on veut mentent effrontément. On peut plus facilement que par le passé, c’est vrai, mais cela reste quand même difficile, il faut avoir de la patience. Il reste qu’il y a, notamment dans le public allemand, de nombreux spectateurs qui viennent pour une représentation, voire deux au maximum et que cela favorise la circulation des places, même si c’est plus difficile aujourd’hui à cause de la lutte contre le marché noir. Ceux qui restent tout le cycle viennent plutôt de l’étranger ou sont d’impénitents wagnériens qui peuvent investir une bonne semaine de présence (10 jours lors du Ring), logement et places compris. D’autant que, et ce n’est pas un détail, les prix ont diablement augmenté, dans des proportions singulières avec une nouvelle organisation des catégories…ce n’est pas encore salzbourgeois, mais cela va vite à rattraper. Pour mémoire, le Festival a longtemps été le moins cher de tous les grands festivals (il était moins cher qu’Aix-en-Provence).

Un point cependant mérite d’être souligné, dans le sens d’une plus grande ouverture : les « Hörplätze », places sans visibilité derrière un épais pilier et en hauteur, sont désormais offertes à la vente le jour même au dernier moment à 10 ou 12€. J’en aurais usé abondamment quand je passais trois semaines à Bayreuth à la recherche désespérée d’une place abordable.

Ouverture virtuelle et accessibilité plus réduite (raisons de sécurité)

Par ailleurs, la communication par réseaux sociaux s’est affirmée, et affinée, montrant une ouverture du festival inconnue jusqu’alors, avec des capsules vidéo sur le travail préparatoire, sur les répétitions, sur les ateliers, sur les nouvelles productions en parution régulière, ce qui a changé aussi complètement le regard  et ce qui est aussi une manière d’attirer du monde d’ailleurs et d’intéresser un public pas forcément décidé à sauter le pas, mais désireux d’informations.
En revanche, ce qui s’est réduit et a lourdement évolué (en mal) c’est l’accessibilité à cause des questions de sécurité, surtout quand la Chancelière est présente, officiellement ou à titre privé, marquée par un contrôle policier très renforcé (que Tobias Kratzer dans sa mise en scène du Tannhäuser souligne à la fin du 1er acte) depuis 2016 autour du Festspielhaus et pour tous les accès (ce qui, même en sa présence, n’était pas le cas auparavant), et une fermeture de l’espace arrière du théâtre, de sorte qu’on ne peut plus en faire le tour . Cette fermeture évidemment accentue la sécurité, permet aussi des changements de décors plus aisés et de gagner des espaces de dépôt et une plus grande liberté de travail des participants au festival, mais prive le public de circuler librement autour du théâtre.

 Un des caractères de la gestion de Wolfgang Wagner fut les interventions sur le bâti, et notamment l’agrandissement des ateliers, des espaces de rangement des décors, de sorte que Bayreuth est une petite cité théâtrale « du producteur au consommateur », et cette cité relativement accessible auparavant est désormais close. La forteresse s’est ouverte virtuellement, elle s’est fermée dans sa réalité géographique.

Les détails dans l’évolution de la logistique et de l’accueil encore à perfectionner

La présence d’un directeur administratif et financier chargé des organisations se lit également dans de plus petits détails qui ont changé certains aspects de la vie du spectateur.
Le théâtre de Bayreuth, situé au milieu d’une colline (la « Colline Verte ») et d’un joli parc est un espace ouvert.

Aménagement des espaces

Les espaces publics sont à l’air libre, autour du théâtre, restaurants, librairie, parkings, promenades diverses, et acessibles à tous.
Les entractes permettent donc au public de se promener, et aux promeneurs non festivaliers de se mêler à ce public, ce qui donne une ambiance assez détendue, et au total assez différente des autres festivals. Le « dress code » est assez ouvert, même le jour du gala de Première et même si la majorité des spectateurs est en costume de soirée. Il est amusant de voir sur le parking un grand nombre de spectateurs (venus de plus loin) se changer totalement sur place en toute simplicité. Et certains aménagements ont évolué vers un style plus « garden-partie » qui veut faire plus « fête », plus « chic » sans réussir à convaincre parce que Bayreuth n’est pas un Festival où l’on se montre. Le snobisme qui fait souffrir quatre ou cinq heures sur des sièges mal conçus qui ravagent le dos pour « y être » concerne une toute petite partie du public.

Ainsi, c’est bien sûr un détail, mais il y a encore quelques années des auvents de plastique ondulé dur, recouverts d’une toile, étaient bien pratiques en cas de pluie (fréquente à Bayreuth) aussi bien le long du théâtre que près de l’espace restauration. Aujourd’hui, ce sont de vastes parasols souples et blancs sous lesquels on se protège du soleil en buvant mais s’il pleut, c’est catastrophique parce que les espaces intérieurs sont insuffisants à abriter les 2000 spectateurs. Certes, réchauffement climatique aidant, il y a moins de pluie, mais elle est d’autant plus violente quand elle survient. Plus élégant et festif, mais nettement moins pratique.

C’est moins un détail, mais il a été dit qu’il n’est pas question dans la salle d’installer l’air conditionné, pour des questions qui tiennent à l’acoustique, à la préservation du bâtiment et à la nature particulière du lieu. Nous continuerons donc à souffrir en silence, à écouter les gouttes de sueur perler et couler, à entendre le bruit sourd d’un évanouissement dans une salle où nous sommes tous collés les uns aux autres. Sans doute les progrès technologiques un jour le permettront-ils, mais pas dans les prochaines années.
En revanche, je me souviens en 1977 de sièges en bois assez confortables remplacés au début des années 80 par les sièges actuels qui le sont bien moins, parce que les dossiers sont mal conçus…une petite réflexion sur le confort de l’assise ne serait pas inutile…

Le Catering

Les représentations commençant à 16h, à l’exception de Rheingold et Fliegende Holländer (à 18h, sans entracte), et les entractes durent 1h pendant lesquels on parle, on boit et on mange. D’où l’importance du catering.
Au début des années 70, il y avait encore cantine commune entre artistes, techniciens et spectateurs, mais déjà en 1977 (ma première saison à Bayreuth) les espaces avaient été séparés et les espaces publics étaient composés d’un vaste restaurant self, d’un restaurant plus élégant sur réservation (qui sert à l’orchestre pendant les répétitions) où l’on mangeait le plat principal au premier entracte et le dessert au deuxième, et du kiosque à saucisses, tradition historique si emblématique du lieu.

Les choses se sont étoffées pour devenir aujourd’hui un peu surchargées et pas toujours de bon goût. Pour un nombre de spectateurs qui ne varie pas, je ne me souviens pas de queues interminables ou de désordre pour accéder à sa saucisse.
Le self qui était assez simple, avec des sièges et des tables plutôt ordinaires, est devenu moins simple, avec une offre plus élaborée et évidemment plus chère, les sièges de cuir noir, des rideaux de tulle, un faux luxe qui fait aménagement de salle de mariage, mais avec l’eau minérale à 5€ (et le reste à l’avenant), les bars se sont multipliés, à cocktail, à champagne, à Flammeküche, à glace, à café (à la sortie de la salle des flèches vous indiquent la direction « saucisses » et la direction « Flammeküchen »). Cela n’a pas facilité les circulations, cela n’a rien changé à l’envie de papoter dehors mais la diversité de l’offre a multiplié les occasions de s’agglutiner et de dépenser… Cette année enfin sont apparus des sièges supplémentaires en bois aménageant de petits espaces de conversation, l’idée n’est pas mauvaise.
Donc il semble que le spectateur wagnérien devienne un estomac dès le rideau fermé, que la géographie du lieu évolue vers une sorte de Glyndebourne à la bavaroise, mais sans le charme ni le gazon, avec un design relativement agressif manquant singulièrement d’élégance.

Ce qui était caractéristique auparavant c’était la (relative) simplicité de l’offre et la manière bon enfant dont tout cela s’organisait. En multipliant l’offre par un espace relativement plein de bars et de comptoirs, et en augmentant les prix à un niveau déraisonnable, c’est devenu « Festival » au mauvais sens du terme, et cela ne correspond pas à l’esprit du lieu, plutôt ouvert et sans snobisme. Quant aux fameuses saucisses, elles existent encore, mais à 6.50 € les deux dans leur petit pain (… sans commentaire…) avec en plus une offre un peu plus chère de Currywurst-frites (née à Berlin…), un manque de tact total dans ce coin profond de Bavière.

Cela semble un détail bien prosaïque à l’ombre du Festspielhaus, mais l’offre de catering, dans un lieu comme Bayreuth, correspondait par sa simplicité et sa (relative) bonne franquette à une ambiance particulière où l’on échangeait, où l’on occupait un coin de table, il m’est même arrivé il y a quelques années de voir la chancelière faisant la queue au self. Cette offre et la manière dont elle est gérée n’est plus vraiment sympathique, les choix faits apparaissent mal calibrés et surtout inadaptés.

L’accueil et les contrôles

Autre signe d’évolution, la disparition depuis plusieurs années des « Blaue Mädchen » (les jeunes filles en bleu qui se tenaient aux portes de la salle qui déchiraient nos billets et qu’on réussissait quelquefois à « corrompre » par un sourire aux portes du balcon ou de la galerie pour entrer sans billet…) et leur remplacement par un personnel (mixte) plus anonyme est aussi quelque chose qui nuit au charme du lieu. Tout ce qui faisait l’artisanat de Bayreuth et sa simplicité presque « provinciale » disparaît, mais pas au profit d’améliorations : les billets sont nominatifs pour lutter contre le marché noir, et si par malheur votre nom après contrôle de votre CNI ne figure pas sur le billet, c’est toute une histoire.

De ce point de vue, alors que l’accueil à Salzbourg depuis que je fréquente les lieux (1979) est immuable, celui de Bayreuth n’a cessé d’évoluer, et pas forcément en bien mais plutôt en cherchant à s’aligner sur des soi-disant standards qui ont donné une couleur pas forcément agréable.

Signalons enfin, à la fureur de l’administration du Festival, que le parking est payant (5€) depuis quelques années, sur décision de la ville de Bayreuth qui ainsi se rembourse un peu de la logistique qu’elle met en place pour l’accueil du public.

Chaque année, ce Blog essaie de regarder un peu l’évolution de ce lieu qui est lieu du cœur, avec un regard affectueux sur ce qui reste les plus beaux jours de l’année. J’ai simplement été très étonné de l’agressivité de certaines remarques sur le Festival, comme si ceux qui les proféraient ignoraient des évolutions qui ont plus d’un demi-siècle (pour les mises en scène), et faisaient endosser à Katharina Wagner les orientations prises alors qu’elle n’était même pas née. Que cette dernière assume cette orientation et peu à peu donne à la manifestation la couleur qui lui semble adéquate, c’est évident. Il reste clair que du point de vue musical, les choses vont nettement mieux qu’il y a une quinzaine d’années, que les choix de distributions et de chefs sont peu ou prou particulièrement heureux, de cela aussi elle assume la responsabilité, même si la présence de Christian Thielemann n’y est pas étrangère, évidemment. La politique de « mises en scène » sera d’autant plus acceptée (ou digérée…) que les distributions et les aspects musicaux ne souffriront aucun reproche. Et nous aimerions au lieu des vociférations lire des arguments qui enrichissent la discussion. Diskurs Diskurs…

6 réflexions sur « LE BAYREUTH de KATHARINA WAGNER: QUELQUES OBSERVATIONS. »

  1. Je partage à peu près intégralement les avis exprimés dans cet article remarquable.
    S’il m’était demandé conseil par la direction du Festival je suggérerais d’abandonner le star system qui a donné des résultats désastreux.Diriger où chanter à Bayreuth est un honneur qui doit marquer dans une carrière et non une simple date d’un agenda qu’on doit remplir sans prendre la peine de répéter et en annulant sous le moindre prétexte.Je me souviendrai longtemps des clameurs de joie lorsque Madame Wagner a annoncé le remplacement de Gergiev par Thielemann.

  2. Je possède une collection (plusieurs centaines d’articles) de recensions des spectacles du festival de Bayreuth. Le premier article date de 1966. Il était signé de Clarendon -Bernard Gavoty- et publié dans Le Figaro. L’ article critiquait une représentation de Parsifal dirigé par Pierre Boulez et parlait -déjà- de déclin irrémédiable. Depuis, c’est, en grande majorité, une constante de la presse française. Je fréquente le festival depuis plus de trente ans et j’ai vu presque toutes les productions (et certaines plusieurs fois). Il m’est donc possible de signifier mon accord sur la teneur de l’article du Wanderer. Bayreuth est un endroit unique où la sensibilité et l’intelligence sont mobilisées. On peut ne pas toujours être satisfait des mises-en-scène (Schlingensief m’a déçu, Castorf m’a enthousiasmé), mais à chaque fois il m’a été donné de vivre des moments intenses.

  3. Je suis du canada et je suis devenu un ami de bayreuth depuis 2ans. Jme sens chanceux d’être la chaque annee depuis 2ans. Je suis d’accord avec votre article je trouve dommage de hué Katherina Wagner apres tristan.
    Et aussi triste de lire des choses comme petra lang la pire Isolde du monde. J’ai deja hate au festival 2020.

    Merci wanderer.

    1. Petra Lang avait travaillé le rôle et chantait correctement techniquement bien que sans émotion. Son jeu a toujours été décalé voire grossier. Elle a été catastrophique cette année le 16 août, j’ai bien crû qu’elle ne finirait pas la mort d’Isolde

  4. Je partage tout à fait la teneur du texte de Wanderer. En effet il me paraît réaliste, comme toujours documenté et surtout positif.
    J’avais 15 ans en 1961 lorsque j’ai découvert Wagner et que j’écoutais les retransmissions France Musique de Bayreuth (2 fois par an à l’epoque). En 1964 Diapason proposait une offre pour les jeunes mais la mort de mon père m’a conduit à oublier le projet puis j’ai eu un black-out total de 1970 à 2005. Bien sur j’ai assisté à ce qui se donnait à Paris, mais en fait bien peu. J’en étais resté au Neue Bayreuth et à Wieland (Tristan début 1966 à Garnier) avec un certain dédain pour Wolfgang, une impression de déclin justement, quoique ayant en VHS a l’époque Tannhauser- G Friedrich, ring Chéreau, Kupfer, Lohengrin – Herzog , que j’ai tous aimés. Le retour c’est Tristan 2005 à Paris et la constitution d’une collection CD (écoutée!) de tous les festivals 1951- 1980, sauf le ring 1954, puis à partir de 2007. Et surtout enfin Bayreuth in loco 2015, ring, Lohengrin des rats, Vaisseau et l’an dernier Parsifal Tristan, meistersinger comme cette année.
    Avec le recul je réévalue certains à priori que j’avais. Par exemple je détestais H Stein, et bien non! Le ring, Parsifal, meistersinger ont une ductilité, une vigueur tout à fait réjouissantes. Tristan et le ring de Barenboim c’est très bien chanté,j’aime évidemment le chef et Kupfer, Ponnelle ou H Muller. Alors qu’elle drôle d’idée de penser que c’était médiocre! De même en approfondissant l’histoire récente de Bayreuth on voit combien Wolfgang a été habile et bénéfique. Mais surtout combien il a été impliqué: dans des documentaires le voir faire répéter est un plaisir. Ce n’était pas un génie de la mise en scène mais quel enthousiasme! Dans l’exposition « der Principal » une chose me gêne: la photo Hitler & Wieland en grand avec Wolfgang caché derrière : comme un message subliminaire. Ces deux jeunes hommes ont été au contact depuis leur enfance avec le dictateur, certes ils n’ont pas été encartés, mais le terreau est le même et ils ont tous les deux rompu. Après, la vie à été plus courte ou plus longue, chacun ayant apporté sa pierre au renouveau de l’art et pas de la personnalité de leur grand père.
    Le déclin des représentations d’opéra est un sujet éternel et comme vous le soulignez y compris dans ces colonnes. J’ai fréquenté un an un Cercle Wagner de bon renom: j’y ai trouvé des personnes estimables qui aiment sincèrement la musique de Wagner, mais quel conservatisme, non, je dois dire quel manque de curiosité. J’ai fui. Devant une nouvelle production on commence par regarder – écouter puis si on veut approfondir on peut lire Wanderer (ce qui prend déjà du temps!) ou d’autres documents bibliographiques, ensuite on se dit: j’aime ou je n’aime pas. Mais c’est mon opinion, elle ne s’impose à personne et n’est même pas définitive. Par exemple le dernier Carmen à Aix (opéra que je n’aime pas) est pour moi passionnant. A contrario, Tosca cette année à Aix, opéra que j’aime assez (moins que Fanciulla del West), est une mise en scène que je n’aime pas du tout. Bon, on n’en fait pas une généralité.
    Bien d’accord que Alagna, Nebretko, Guergiev, ce sont des « coups » …… dans l’eau. Heureusement qu’il y a des fidèles, Thielemann par exemple, un peu comme Windgassen qui était toujours là pour remplacer Siegmund par exemple même s’il chantait les deux Siegfried & Tristan, et que Wieland appelait « mein Held ».
    Alors après ces digressions, je dis comme Wanderer: continuez Katharina Wagner. Et vive le gâteau chocolat et le nouveau ring que j’espère arriver à découvrir en 2020. D’ici la, revoyons ce soir Parsifal…….

  5. Très interessant! Néanmoins une amie ayant fait au printemps sa réservation pour le Lohengrin de 2019, je suis allée voir par curiosité le site de réservation sur Internet, et j’ai découvert qu’il y avait un certain nombre de places disponibles! Nous étions en juillet , un mois avant! Alors oui, c’est accessible!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *