GRAND THÉÂTRE DE GENÈVE 2011-2012 : MIGNON d’Ambroise THOMAS (Dir.mus :Frédéric CHASLIN Ms en scène Jean-Louis BENOÎT, avec Diana DAMRAU et Sophie KOCH) le 18 mai 2012

©GTG/Yunus Durukan

Dans le paysage théâtral suisse, le Grand Théâtre de Genève est la scène lyrique la plus importante après l’Opernhaus Zürich. Muni de moyens moins importants, et géré dans le système de la “Stagione” et non de répertoire, il n’entretient pas de troupe, n’a pas d’orchestre attaché (c’est l’Orchestre de la Suisse Romande qui la plupart du temps est dans la fosse), et n’a donc pas de directeur musical . Il présente sept à huit spectacles lyriques, ainsi que des récitals et des ballets. Il a donc une couleur plus latine que le grand frère zurichois, jusqu’ici piloté par le maître des financements Alexander Pereira, désormais à Salzbourg et l’an prochain aux mains d’Andreas Homoki, qui doit limiter les dépenses.A Genève, Tobias Richter, qui préside à ses destinées, a les mêmes limites économiques: il arrive du Deutsche Oper am Rhein, où il est resté longtemps, et vient donc de la sphère germanique et de ce système de répertoire qui n’a rien à voir avec Genève. Il doit donc se conquérir sa place par la qualité de ses productions, et une certaine originalité de choix, après la période Blanchard qui fut faste. Ses premiers choix et notamment l’appel répété au metteur en scène Christof Loy ont fini par incommoder le public et d’ailleurs, Loy prévu pour le Ring ne le mettra pas en scène finalement. Genève perdait sa couleur et sa personnalité, même si Richter a pris bien soin de monter chaque année un opéra français ou en français (L’Etoile, Le Comte Ory). Afficher Mignon d’Ambroise Thomas est donc conforme à cette politique. C’est que depuis Jean-Claude Riber, Hugues Gall, Renée Auphan et Jean-Marie Blanchard, les directeurs généraux de Genève étaient tous français. Tobias Richter, même s’il a étudié à Genève et Zürich, a fait l’essentiel de sa carrière en Allemagne et donc a un tout autre profil de carrière.
Cette production de Mignon vient de l’Opéra Comique, présentée il y a deux ans avec de jeunes chanteurs français. Pour la reprise à Genève, Tobias Richter a appelé Diana Damrau et Sophie Koch, s’assurant la présence de deux chanteuses de renommée internationale, pour donner à cette reprise le lustre qu’elle doit mériter.
La première question qu’on se pose en écoutant cette œuvre est : “fallait-il vraiment l’exhumer?”. En effet, autant la Muette de Portici m’est apparue une œuvre qui mériterait une nouvelle carrière, autant Mignon m’est apparue un opéra vieillot, au livret un peu bancale, à la musique agréable mais sans moments saillants, et pour tout dire un peu ennuyeuse.  Mais oui, il fallait l’exhumer et la donner à écouter, sans nul doute, mais quant à lui promettre une nouvelle carrière et un intérêt nouveau du public, c’est plus douteux, vu les départs assez nombreux après le premier acte, départs erronés d’ailleurs, vu que la seconde partie est tout de même plus intéressante que la première.
Le livret est une bonne base de travail pour psychanalyste en herbe. Mignon est à la recherche d’une identité perdue, jeune fille habillée en homme qui découvre sa nature de femme, rêvant d’un Sud lointain alors qu’elle est en Allemagne, esclave élevée par un saltimbanque, elle parcourt l’opéra dans une sorte d’entre deux, maladivement jalouse, maladivement possessive, prise entre l’attention insistante du vieux Lothario, qui l’attire de manière forte, et du jeune Wilhelm, qui l’attire aussi violemment. Au milieu de ce tissu complexe de sensations et de sentiments, Philine, l’opposée, est l’actrice libre de son corps, sûre d’elle et donc séductrice, buvant la vie à pleine gorgée, cherchant à séduire Wilhelm et y réussissant et devenant une sorte de figure antithétique et même dangereuse pour Mignon. L’histoire prise dans Les années d’apprentissage de Wilhelm Meister de Goethe, un roman d’apprentissage où l’on suit le jeune Wilhelm Meister dans ses pérégrinations avec une troupe de comédiens, qui joue et fait découvrir Shakespeare. Dans Mignon, la représentation du Songe d’une nuit d’été donne lieu à l’un des airs les plus acrobatiques de la partition, l’air de Titania (“Je suis Titania la blonde”) chanté par Philine.
Ainsi donc, dans une fête de village, le vieillard Lothario chante la perte de sa fille Sperata il y a bien longtemps (sperata=”espérée”) tandis que le cruel Jarno chef de troupe de comédiens itinérants, veut faire faire à Mignon le pas de l’œuf, elle refuse, et au moment où Jarno va la frapper, un riche étudiant, Wilhelm Meister, s’interpose et la rachète à Jarno. La comédienne Philine s’intéresse de près à Wilhelm, tandis que son collègue le comédien Laërte voudrait bien de son côté la séduire . Invités à jouer au château, tout le monde va s’y retrouver au second acte, Philine, Laërte, Wilhelm et à sa suite Mignon, déguisée en page.
Au deuxième acte l’intrigue se noue, Mignon est jalouse de Philine, Philine séduit Wilhelm, et Mignon se pare des habits de Philine, dans lesquels elle resplendit. Mais elle est très malheureuse de ce que Wilhelm semble ne pas l’aimer. Lothario arrivé sur ces entrefaites met le feu au château, Mignon risque d’y perdre la vie et Wilhelm la sauve.
Au troisième acte, Wilhelm se rend compte qu’il aime Mignon, mais celle-ci en entendant la voix de Philine s’écroule, folle de jalousie. Survient alors Lothario en habit de riche noble. Il a retrouvé la mémoire, et se trouve être le comte Cypriani, le vrai propriétaire du château. Il met dans les mains de Mignon un coffret contenant un livre d’heures que Mignon récite sans le lire. Il reconnaît alors en elle sa fille Sperata. D’émotion, Mignon s’écroule dans les bras de Wilhelm (l’histoire est alors ambiguë: Mignon meurt dans la première version de l’opéra comique, dans la deuxième version, plus conforme aux usages, elle ne meurt pas, et chez Goethe, cela reste ambigu).
Quel germaniste ne connaît pas le poème “Mignon” de Goethe, ici mis en musique: “Kennst du das Land wo die Zitronen blühn/Im dunkeln Laub di Goldorangen glühn…“. Je l’ai appris en classe de cinquième, par cœur, mon premier poème allemand! Et Goethe est beaucoup plus émouvant que Thomas…
La mise en scène de Jean-Louis Benoît, adaptée à l’espace réduit de la scène de l’Opéra Comique, semble se perdre dans l’énorme espace du plateau de Genève, et les chanteurs avec, d’autant que la direction d’acteurs est bien pauvre et que les gestes et les mouvements ne sont pas, pour le moins abondants ni inventifs. Ainsi le plateau semble-t-il vide, et la mise en scène bien conventionnelle, sans idées, avec une disposition traditionnelle, chœur et chanteurs chantant souvent face au public dans des attitudes convenues. A l’ennui de l’œuvre se rajoute l’ennui du spectacle, qui aurait pu parier sur une prise de distance par rapport à une histoire faite pour la bourgeoisie du second empire. Il manque à Mignon son Lavelli (car les librettistes sont ceux du Faust de Gounod…).
La musique réussit-elle à provoquer le réveil nécessaire du public? L’ouverture serait  conduite de manière efficace par Frédéric Chaslin, si les cuivres approximatifs ne gâchaient pas la partie finale;  dans l’ensemble cependant l’orchestre (et notamment le hautbois, la flûte et la clarinette) s’en sort avec les honneurs et le chef mène l’ensemble avec un certain rythme et une grande attention envers le plateau. Les deux chanteuses sont au rendez-vous,

Diana Damrau ©GTG/Yunus Durukan

avec une Diana Damrau pleine d’humour et de légèreté, avec une voix pyrotechnique, des aigus somptueux, une dynamique remarquable, parfaite Philine.

Sophie Koch ©GTG/Yunus Durukan

Sophie Koch est plus “sérieuse”, un style même un tantinet “serioso” (presque trop sérieux), le chant est stylé, les aigus pleins, le registre central et les graves vraiment magnifiques, mais il manque quelque chose du côté de l’imagination, du rêve, de la caractérisation de ce personnage un peu “sur son nuage”. Ce chant est peut être trop “terrien”, insuffisamment incarné.

Nicolas Courjal , Sophie Koch ©GTG/Yunus Durukan

Le Lothario de Nicolas Courjal à la voix sombre, bien posée, au style raffiné, est une jolie surprise, voilà un chanteur qui mérite d’être suivi et mieux connu. De même que les jeunes de l’opéra studio de Genève, la ravissante Carine Séchaye, et Emilio Pons, un Laërte mutin et vif, qui sont tous deux convaincants. Frédéric Gonçalvès en Jarno n’appelle point de reproche.

Paolo Fanale ©GTG/Yunus Durukan

Le seul chanteur discutable de la distribution est le jeune Paolo Fanale, qui remplace le ténor initialement prévu pour cette production. Il chante sans vraiment maîtriser le style français, et surtout sans comprendre la langue, avec un style rossinien qui n’a rien à voir avec Thomas: Wilhelm n’est pas Almaviva. Il en résulte des attitudes convenues, un chant dans le masque difficile à supporter quelquefois, une émission par trop nasale et un regard jamais adressé à sa partenaire, mais toujours perdu vers les hauteurs du théâtre. Pourtant, çà et là, de jolis sons, des moments poétiques, qui montrent que dans d’autres circonstances, on aurait là une voix intéressante et à suivre. Ce n’est pas un chanteur à mépriser, loin de là, il est simplement mal distribué dans ce rôle.
Au total, on est heureux d’avoir vu Mignon, il faut connaître ce répertoire, un peu suranné, et l’exhumer  est une bonne chose; encore faut-il mettre tous les atouts de son côté et surtout les atouts scéniques: avec une mise en scène inventive, sans doute l’impression eût-elle été différente et l’ennui se serait-il un peu dissipé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *