GRAZIE CLAUDIO

Un ami à qui j’écrivais que ce matin je me sentais un peu vide m’a répondu : « Ah ! non ! Pas vide, plein du bonheur qu’on a pu engranger grâce à lui !!! ». Je n’avais pas envie d’écrire si vite, et il m’a redonné l’énergie qui ne devrait jamais nous abandonner : car Claudio, c’était la vie et l’énergie par la musique. Aucun de ses disques, aussi extraordinaires soient-ils, ne transmettra ces moments extatiques, ces moments de bonheur fou qu’il a pu nous donner en concert ou à l’opéra, ces moments où vous sortiez de la salle les jambes flageolantes, mais le sourire aux lèvres, où vous vous jetiez dans les bras des amis émus comme vous. Car Abbado c’était d’abord la musique en vie, et pas la musique en boite. Son univers on le ressentait au concert.
Une émotion pareille, seul lui a su nous la transmettre. Nous avions intitulé une petite exposition dédiée à sa carrière « Volare con la musica », voler avec la musique. L’expression est encore actuelle, Abbado a fait voler la musique pour des milliers d’auditeurs de ses concerts.
Comme d’autres artistes qui ont marqué l’histoire,  Abbado se régénérait sur le podium, il y vivait : lui le pudique, lui le discret, il communiquait d’un regard, d’un sourire, d’un geste et construisait avec les musiciens, et peut-être encore plus ces dix dernières années, un rapport étrange, intuitif, sensible, qui ne passait pas par la parole : il disait le bonheur des choses muettes. Il stupéfiait le public, mais aussi ses orchestres. La veille du dernier concert avec les Berliner, à Vienne, en 2002, pendant l’exécution de Pelléas et Mélisande de Schönberg, il pleura. Jamais nous ne l’avions vu ainsi, et certains musiciens berlinois ont porté longtemps en eux cette image.
Rappelons aussi cette incroyable « Fantastique » de Berlioz à Berlin en mai dernier. Qui pouvait imaginer la folie qui saisit la salle , et la manière dont il félicita chaque musicien dans les coulisses après le concert, comme s’il savait que ce serait le dernier.
Sans égrener ces moments de bonheur intense qui me donnent la force d’essayer de transmettre  quelque chose de cette magie-là, je voudrais revenir sur quelques traces où pour moi  émotion et bonheur, joie et bouleversement sont inextricablement mêlés : Simon Boccanegra, où l’on ne peut oublier l’orchestre de la scène finale, qui pleure avec Simon devant la mer. Il viaggio a Reims, avec son bis du gran concertato a quattordici voci, à la Scala en 1985, où il mit la salle en délire. Et ses Boris, et son Wozzeck, et son Pelléas qui fut (avec la complicité d’Antoine Vitez) un des moments qui le plus m’étreignit, notamment au moment de l’adieu à la Scala, et.. et..et..nous ne cesserons pas d’égrener le rosaire de la joie, et du souvenir intense de la communion la plus profonde.
Je m’arrêterai aussi sur des souvenirs plus récents. Le « toll » qu’un inconnu me susurra pendant la répétition générale de la symphonie n°2 de Mahler en 2003 à Lucerne, le sursaut de mon voisin à un moment (le cor lointain) de l’exécution de la 3ème de Mahler toujours à Lucerne, et ses larmes qui coulaient, les miennes ininterrompues, qui m’empêchèrent de voir lors de l’audition de « Ich bin der Welt abhanden gekommen » des Rückert Lieder de Strauss par Waltraud Meier et les Berliner en avril 2002, pour son dernier concert à Berlin en tant que directeur musical. Pièce d’une triste actualité, elle produit en moi quand je la réécoute toujours le même effet qu’au concert (mon dieu, le cor anglais de Dominik Wollenweber…). J’écoute et je réécoute, et je retrouve à chaque fois cette émotion qui m’étreint, et les larmes qui viennent: là, oui, on sent ce qu’est Abbado au concert.
5 minutes, qui vous changent une vie.
Car Abbado a changé ma vie. Il a  changé mon rapport à la musique. Il m’a appris à écouter et surtout à comprendre. Abbado n’est pas comme Boulez un pédagogue. Il ne dit rien, il n’explique rien. Mais il dit et il explique en dirigeant, et comme il dirige, il vit. C’est là sa vérité et c’est cela qu’il transmet, l’intensité, la profondeur, l’épaisseur de la vie. On ne sortait jamais indemne d’un concert d’Abbado
Abbado a changé ma vie aussi parce que sans le vouloir ni l’organiser, il a su fédérer autour de lui des gens de toutes origines sociales ou géographiques qui avaient été saisis de cette même intime conviction, de ce même rapport à la musique et sans les connaître il a créé entre eux des rapports intenses d’amitié, de complicité, de compréhension d’une très grande profondeur nés de ces émotions communes. Il a créé un rapport baudelairien : Abbado ne cesse de produire de la synesthésie.

« Le vent se lève, il faut tenter de vivre » écrivait Valéry.
Ces derniers mois, les phares de ma vie de spectateur et d’auditeur, Regina Resnik, Patrice Chéreau, Claudio Abbado sont partis. J’ai construit ma passion d’adulte autour de ces balises qui une à une deviennent des cénotaphes et qui malgré tout, évoquent et ravivent les émotions, qui elles restent bien vivantes. Comme tous les artistes, ils restent là, par-delà, au-delà, ils sont autour de moi.
C’est cette leçon de vie qu’il faut continuer à porter.
Claudio Abbado l’a portée jusqu’à l’extrême de ses forces : à Lucerne cet été, même si je le refusais, son Schubert et son Bruckner sonnaient comme une résignation. Abbado ce fut toujours pour moi une jeunesse incroyable, une énergie intacte, un sourire ineffable et bouleversant. Cet été à Lucerne, il n’y avait rien qu’une tristesse prémonitoire, que deux symphonies des adieux, inachevées comme le resteront tous les projets qu’il continuait d’échafauder : je m’en étais ouvert à quelques amis d’ailleurs, qui le ressentaient confusément et nous ne nous étions pas trompés : une fois de plus, Claudio avait parlé du haut du podium…
Alors, dans les prochains jours, nous allons lire à satiété les textes de circonstance qu’on a lus pour les autres grands disparus, les adieux officiels, les pensées préfabriquées, enfin, tout ce que Claudio n’aimait pas beaucoup . Mais nous savons bien ce que de là haut il va nous dire de sa main gauche qui dansait et de son regard enfantin et de  son doux sourire étonné.
Il va nous dire énergie, envie de construire, envie de témoigner,  envie de continuer à apprendre et à accompagner la musique. Michael Haefliger, le directeur du Lucerne Festival, disait il y a quelques années : nous ne nous posons aucune question, nous préférons faire comme s’il était éternel. Il rappelle dans son texte d’hommage une citation trouvée par Luigi Nono dans un monastère de Tolède : Wanderer, il n’y a pas de chemin. Ce qui compte c’est seulement de marcher. Si Claudio nous a quittés, le bonheur qu’il nous a offert, la générosité de son art, son regard sur le monde et sa volonté d’aller toujours de l’avant, de croire en la jeunesse, de faire naître sans cesse des projets nouveaux, d’être toujours dans l’avenir, nous restent comme de précieux dons : à nous d’aller plus loin, à nous d’y croire, à nous de continuer parce que Claudio est en nous : oui, je suis un abbadien, et aujourd’hui plus qu’hier encore, et j’en suis très très fier. En marche ! Grazie Claudio.

 

0 réflexion sur « GRAZIE CLAUDIO »

  1. Merci pour votre bel article ! Pour moi c’était le dernier de cette trempe, sans parler de son charisme, son regard d’aigle et son sourire d’enfant. Pour une fois, depuis ce matin, deux chaînes de radio classique ont modifié leurs programmes pour lui rendre hommage.

  2. Un texte parfait, qui nous redonne un peu d’espoir après cette journée sinistre. Toutes ces larmes versées… Les cloches de Parsifal, les trompettes de la 3e de
    Mahler à Lucerne, la joie de Fidelio à Baden Baden, les sanglots immédiats à la seule écoute de la Fantastique de Berlioz à Lucerne, et Claudio que je ne cessais de regarder pendant le Chant de la Terre à Berlin oubliant les chanteurs et les Berliner… Merci Claudio ! Pour ces moments uniques. Eternels.

  3. Merci Guy pour ce beau texte!

    Mais plutôt que pleurer, je souscris à ce qu’écrivent ses enfants: Claudio est toujours parmi nous! Il restera à tous, mélomanes passionnés ou non, un souvenir d’Abbado!

    Souvenir de ceux qui l’ont connu personnellement (et c’est peut-être votre cas, Guy), de cet homme humble, discret, avec ce joli sourire qui résumait sa personnalité: presque à s’excuser de l’admiration que les amoureux de la musique lui portaient. Mais un homme plein de volonté, qui a eu bien des épreuves à surmonter avec une force de caractère peu commune (la maladie, et pas seulement).

    Souvenir de ceux qui, comme moi, ont eu la chance de l’entendre en concert-deux fois, dont la dernière (nous y étions n’est-ce pas, cher Guy? Et j’ai eu le plaisir de vous y saluer) au printemps dernier à Paris, avec Argerich dans un inoubliable programme Beethoven/Mendelssohn (avec une Ecossaise fabuleuse, pleine de vie, d’élan). Un chef qui vous faisait comprendre la musique sans trop en faire, avec une gestique particulière (il avait son style bien à lui), invitant les musiciens à se surpasser plus par un geste incitatif que vraiment directif. Et la chance d’avoir eu un autographe dans les coulisses.

    Souvenir des discophiles aussi et surtout, avec des disques merveilleux! Lesquels citer? Ils seraient trop nombreux! Un souvenir personnel et d’enfance: un des premiers disques que j’ai écouté, ce sont les concertos pour piano de Mozart avec Vienne, Gulda et Abbado, un disque qui a fait beaucoup pour mon amour de la musique. Ils sont nombreux les très beaux disques de Claudio: ses Berg, Debussy, Prokofiev, Verdi, Beethoven, Mendelssohn, Bruckner, Mahler, Brahms, Ravel sont à connaître absolument!
    Si je ne devais ressortir qu’un enregistrement, ce serait la Mer, à Lucerne en 2003: un miracle. Je la réécoutais pour la millième fois hier soir, et je me dis qu’une osmose réussie entre compositeur/chef et musiciens ne peut trouver un aussi bel aboutissement qu’à travers cet enregistrement! Cela vit, chante, tangue, avec des couleurs, des reflets absolument somptueux! Et quelles interventions des solistes (Pahud, Mayer, Blacher, Gutman, etc.) mais toujours dans l’optique de faire de la musique ensemble et de servir l’oeuvre et la musique.

    Claudio est parti, mais il ne nous a pas quittés et ne nous quittera pas! Il fait partie de la race des Furtwängler, Toscanini, Walter, Karajan, Böhm, Bernstein, Giulini ou Kleiber: ces gens-là ne meurent jamais!

  4. Très beau texte pour un géant modeste de la musique !

    C’est lui qui m’a fait découvrir Boris Godunov : immense enregistrement !
    Et je retiens aussi La Valse de Ravel avec le LSO.

  5. Bonjour,

    En ce moment pénible pour tous ceux qui aiment la musique, j’aimerais partager quelques unes des 32 occasions où j’ai entendu Abbado ” live”.

    Boris à la Scala en 1981 fut la première fois et peut-être la meilleure. Vinrent ensuite un concert avec les viennois à Salzbourg en 1982 ( Mozart avec Kremer et la Première de Mahler). Ensuite ce fut Londres trois fois, une au Festival Hall ( un seul concert du cycle Beethoven en 1984 ) et deux au Barbican ( le 18ème de Mozart avec Serkin, la 9ème de Mahler). A l’opéra de Vienne deux représentations parfaites ( Boccanegra et Italiana ), les Gurre-Lieder à Salzbourg ( géniaux, avec Hans Hotter!), le Troisième de Beethoven avec Pires et la 9ème de Bruckner à la Cité de la musique. Je me souviens aussi de la Quatrième de Mahler ave Fleming à Berlin, les Vier Letzte Lieder à Salzbourg ( on attendait Fleming et ce fut Diener) et, là-bas aussi, un extraordinaire Concerto en Sol avec Argerich. A Lucerne, j’ai eu même droit au Concerto de Elgar avec Ma! Ensuite, avec l’orchestre du Festival dès la deuxième année et jusqu’en 2011, presque tout a été au plus haut niveau, dont l’acte II de Tristan, les Mahler, les Tchaikovski. Et il accompagnait ses solistes comme personne. En plus des mentionnés, Pollini, Perahia, Brendel, Lupu, Grimaud, Wang…j’aurais bien aimé aller à Salzbourg cet Eté pour le 1er de Brahms avec Pollini. Cela m’aurai rappelé un vieux souvenir au TCE, du même par les mêmes ( avec la 8ème de Dvorak et le LSO ).

  6. Bel hommage sous votre plume, qui n’assèche pas nos larmes.
    Un grand vide, désormais, dans le monde de la musique vivante.
    Comme l’impression de tomber dans un trou noir, infiniment profond.
    Certes nous pouvons encore nous consoler avec ses superbes DVD et autre CD.
    Mais ” ses ” musiciens, eux ? Le pourront-ils ? Et que vont ils devenir sans LEUR chef ?
    Je pense à eux tous, les larmes au bord des yeux.
    Puissent-ils essuyer les leurs, et continuer la belle ouvrage que leur a enseignée cet immense chef !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *