NOTES DE BAS DE PAGE: BARENBOIM, ISRAEL, WAGNER (suite à l’émission d’ARTE)

L’émission d’ARTE sur Wagner m’a tenu tard éveillé, et j’ai eu envie d’écrire quelques mots, tant cette affaire me touche au plus profond.
Daniel Barenboim est un artiste discuté. L’un n’aime pas le pianiste, l’autre n’aime pas le chef, le troisième n’aime pas le personnage, un peu démonstratif, exubérant, incontestablement  homme de pouvoir. mais on ne peut lui nier ni l’intelligence, ni la clairvoyance, ni le courage et ni l’humanité.
Il faut en effet lui reconnaître du courage, d’être allé directement affronter en Israël un tabou puissant, celui de la relation de Wagner aux juifs et celui de l’interdit qui y pèse sur Wagner : que lui, le juif, fasse jouer Wagner en Israël par un orchestre allemand, et provoque une discussion passionnée dans la salle pour savoir si on va jouer ou non le “Prélude et mort d’Isolde” est  symbolique et puissant.
Bien sûr, plus symbolique encore ses positions bien connues sur le conflit israélo-palestinien (et l’actualité brûlante nous le rappelle encore), qui l’ont conduit à créer son West-Eastern Diwan Orchestra, idée aussi géniale que celle du Sistema vénézuélien, et qui pose la pratique musicale comme un élément plus fort que les différences politiques ou les différences sociales, comme un élément fédérateur, comme un moyen extraordinaire d’écouter l’autre , tout en en étant aussi dépendant, dans une union, que Claudio Abbado appelle  zusammenmusizieren.
Dans l’expérience de Barenboim, c’est évidemment d’abord le “zusammen”(ensemble) qui pose le symbolique et le “musizieren” qui transforme ce “zusammen” en quotidien. Dans la peste que constitue le conflit israélo-palestinien et la situation inextricable qui en est le résultat,et qui finira évidemment dans le drame à moins qu’un jour un homme politique courageux (cela devient aujourd’hui un oxymore) n’aille au-delà et contre les positions arrêtées qui sont un des cancers de notre monde d’aujourd’hui, Daniel Barenboim, un artiste, un être complètement ouvert, multiple, par sa vie, par ses cultures, par ses origines essaie depuis des années, de sa place d’artiste et de musicien a fait un acte juste. Chapeau.
J’ai un soir à la Scala entendu je crois en 2005 le West Eastern Diwan Orchestra dans “Prélude et mort d’Isolde”, l’exécution en elle même n’était pas l’exécution musicale du siècle, mais elle était, oh oui la plus intense, la plus forte, la plus engagée que j’aie jamais entendue. Il fallait voir ces jeunes se donner, se donner oui au plus sublime chant d’amour inventé par un compositeur. Et l’émotion du public était palpable.
Un chant d’amour pour la musique, et surtout pour le futur, voilà pourquoi j’admire et je respecte Daniel Barenboim.
Quant à Wagner et le judaïsme, si on peut comprendre celui qui a vécu dans sa chair la barbarie, et si on peut comprendre que la manière dont les nazis ont investi (un certain) Wagner (les nazis n’aimaient pas trop Parsifal! ) confortés par son antisémitisme puisse rebuter bien des israéliens, il faut toujours évidemment séparer l’œuvre de l’homme: on le fait pour Céline, naturellement en France, mais on pourrait aussi le faire pour Racine, le plus détestable des hommes (dans “Plaintes d’un chrétien “je ne fais pas le bien que j’aime et je fais le mal que je hais”) et pour bien d’autres. Wagner n’est ni responsable de la barbarie ni associable à la barbarie. Les grands chefs juifs du XXème siècle, Walter, Solti, Bernstein, naguère et aujourd’hui encore Barenboim et Levine, sans parler au XIXème du créateur de Parsifal, Hermann Levi furent et sont encore des wagnériens de référence et on se fatiguerait à voir défiler les théories de chanteurs juifs qui ont défendu Wagner sur les scènes. Défendre Wagner dans la fosse et sur la scène, ce n’est pas et ne sera jamais défendre l’homme.
Enfin, si ces débats  et la réflexion de Barenboim vous intéressent, je vous renvoie à son beau livre, rédigé avec Edward Saïd, Parallèles et Paradoxes. Explorations musicales et politiques. Entretiens. Le Serpent à Plumes, Paris, 2003. 240 pages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *