CLAUDIO ABBADO, DEUX ANS DÉJÀ

claudioabbado2004_2 - copieDéjà deux ans que Claudio Abbado nous a quittés, et le vide est encore là, si vif…

Je me demande si durant ces deux ans je ne me suis pas jeté sur la vie musicale pour remplir ce vide coûte que coûte. L’évocation seule du dernier concert qu’il donna à Berlin, un sublime Mendelssohn et une Symphonie Fantastique inoubliable sans doute, légendaire, sans doute mais que valent les adjectifs superlatifs face à ce qui nous cloua tous sur place, et qui de jour en jour (il y eut trois soirs répétés) nous donnait l’impression à la fois d’une évidence, et en même temps d’une hallucination. Je crois encore lire sur le visage de Claudio ses étonnements successifs et ses ravissements, comme si lui même ne s’attendait pas à ce qu’il entendait, à ce qu’il déchainait. J’espère que le disque sorti aujourd’hui sera l’écho de cet incroyable ressenti .

L'autre passion; le foot, et le Milan AC
L’autre passion; le foot, et le Milan AC

La familiarité avec sa musique, les rythmes ritualisés de l’année abbadienne, où les rendez-vous se répétaient, rendez-vous avec le sublime, rendez-vous avec les amis qui partageaient avec moi ces « rituels », rendez-vous avec un ami dont on ne pouvait se passer, au point que ce deuil est encore une plaie ouverte, béante, le deuil de 38 ans de vie musicale où de manière fugace d’abord et plus régulière ensuite, je rencontrais Abbado et j’apprenais à ses côtés la musique et les secrets de l’orchestre, et l’incroyable relation à la musique qu’il diffusait et qu’il a fait naître en moi, couler en moi de manière si addictive.
Cet homme discret et timide a déchaîné des passions difficiles à imaginer, des fidélités de toute une vie parce qu’il parlait tout à la fois à l’esprit, à la raison, au cœur, à la sensibilité. Il rayonnait et faisait vibrer.
Le sentiment de vide qui m’étreint a bien sûr à voir avec sa musique, mais plus encore avec une manière de l’aborder, avec la communauté sensible qu’on a sentie pour la dernière fois à Lucerne le 6 avril 2014 lors de l’hommage que lui dédia le Lucerne Festival Orchestra, avec quelque chose d’un esprit, d’une humanité profonde et vraie, avec ses grandeurs et ses faiblesses, qui dégageait en même temps une sorte de transcendance.

Avec Anna Netrebko a Reggio Emilia
Avec Anna Netrebko a Reggio Emilia

Il pouvait sans doute peu imaginer à quel point il avait bouleversé ma vie, nos vies, et d’ailleurs s’il l’avait su, il en aurait sûrement refusé l’idée, ça l’aurait agacé au plus haut point.
Mais voilà, il faisait malgré lui partie de mon univers, de ma famille même, et sa perte est une perte de vie.
Je pense si souvent à ce voyage que je fis cette année à Sils Maria, en Engadine, dans cette petite vallée de Fex où ses cendres reposent, à la petite pension où il passait de longues semaines l’été… Des lieux simples, et exceptionnels aussi, sans doute suffisamment particuliers pour qu’ils me poursuivent des mois durant et encore aujourd’hui.
C’était une relation étrange faite d’admiration, mais aussi de familiarité, une relation au quotidien qui était vraiment rassurante, rassurante au sens où j’avais l’impression que de toute façon il y aurait dans l’année tout ce qui était lié à Claudio, les concerts, les rencontres, les émotions, les agacements, les joies, les angoisses, la vie quoi.
Bien sûr j’aime d’autres chefs, je les vénère même pour certains. Mais Claudio Abbado est en moi, dans mes fibres mélomanes, intellectuelles, sensibles, affectives. Et c’est pourquoi je me sens encore si plein de ça et donc si vide.
En ce jour où disparaît le grand Ettore Scola, je peux dire qu’en 36 ans, j’ai vécu effectivement la chance d’une très longue journée particulière, qui a pris fin ce fatal lundi 20 janvier 2014. Ma journée particulière à moi.

Avec Kolja Blacher en répétition à Potenza (Concerto à la mémoire d'un Ange de Berg)
Avec Kolja Blacher en répétition à Potenza (Concerto à la mémoire d’un Ange de Berg)

0 réflexion sur « CLAUDIO ABBADO, DEUX ANS DÉJÀ »

  1. Monsieur,
    Je viens de découvrir votre site, en faisant une recherche sur Claudio Abbado.
    Qui peut rester insensible aux interprétations de ce Chef ? A vrai dire, le simple amateur de musique classique que je suis ne connait que celles des symphonies de Gustav Mahler avec l’Orchestre du Festival de Lucerne et celui de l’Orchestre des Jeunes G. Mahler. Claudio Abbado est tellement associé à ce compositeur.
    C’est d’ailleurs Mahler – ou plutôt sa musique- qui m’ont incité à me rendre, voilà presque douze ans, à Steinbach am Attersee, à Maiernigg et enfin à Dobbiaco. Ce voyage en train est encore bien présent dans mon esprit. Depuis, je suis retourné plusieurs fois à Dobbiaco, seul ou en famille. Encore en février dernier.
    Votre page consacrée aux deux ans depuis le départ de Claudio Abbado m’a permis d’apprendre qu’il avait ses habitudes à Sils Maria. Et qu’il y repose désormais. C’est donc avec une certaine émotion que j’aurai le plaisir de me rendre en Engadine dans un futur proche. En train si possible. Parce que ce moyen de transport est à mes yeux le prétexte à laisser le temps prendre son temps.
    Pour l’anecdote, je vous écris en écoutant Gustav Mahler, la seconde partie de la Huitième symphonie, par Klaus Tennstedt, en concert. Cela ne m’a pas empêché de penser à Claudio Abbado. La boucle est bouclée.
    Cordialement,

    1. Je suis restée dévastée par la mort de ce chef …..j’aimais la musique lorsque je l’ai vu diriger une Symphonie de Mahler ….j’ai adorée la musique.Je l’ai vu à Lucerne 2fois, à Pleyel 5fois (le dernier concert avec Martha)
      C’est plus pareil depuis ce 20 Janvier2014 j’écoute beaucoup de musique je ne vais presque plus dans les salles de concert.
      Mon rêve …..aller à sils Maria………

  2. La pension crasta EST simple et silencieuse ..petit hôtel simple Et à 30 mètre le restaurant en bois ..face au petit cimetiere DE fex à sils Maria …l’air EST bon ..endroit de Nietzsche de Freud de Thomas Mann ..DE peintres aussi ..souvent bruno Ganz aussi …simple Et beau ..il faut y aller ..été et hiver …

  3. Ce 20 janvier jour anniversaire de la mort DE Claudio Abbado…Et Pas DE programme spécial pour les 3 ans de sa mort ..ni sur mezzo live mezzo et brava …j’ai beaucoup de déception …je ne dois pas être la seule …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *