RÉFLEXIONS SUR UN VOYAGE PROFESSIONNEL

De retour de quatre jours intenses à Barcelone, je me suis mis à réfléchir à tous ces dispositifs sanitaires mis en place dans les différents pays européens qui offrent une mosaïque de formulaires, d’obligations diverses, diversement proposées mais qui aboutissent à un même objectif, limiter les dangers pandémiques.
Que les pays soient incapables de se mettre d’accord sur une procédure unique laisse un peu rêveur : le politicien national tient à montrer qu’il est le meilleur pour protéger ses concitoyens, alors, chaque pays affiche sa procédure et ses réponses, c’est ridicule comme on va le constater.

J’ai involontairement fait l’expérience de ces délires, en voyageant de Lyon à Barcelone par la compagnie Lufthansa, via Francfort à l’aller et par Austrian (Groupe Lufthansa) via Vienne au retour.

L’Aller
L’Espagne demande à la fois un test PCR de moins de 72h et le remplissage d’un formulaire de santé qui aboutit à l’édition d’un QR Code.
Mais l’Allemagne demande un test PCR de moins de 48h sur son sol.

Tout est scrupuleusement contrôlé à l’enregistrement, c’est le seul point commun à toutes ces procédures. La carte d’accès à bord n’est délivrée qu’après contrôle de validité de tous les documents rassemblés à savoir :

  • Test PCR de moins de 72h
  • QR Code pour l’Espagne
  • Carte d’identité ou passeport

J’avais gardé mon attestation de déplacement professionnel à portée de main, mieux vaut être prêt à tout.

Passant une escale d’une heure en Allemagne, et n’ayant qu’un test PCR de moins de 72h, mais pas de moins de 48h, on m’a demandé d’aller rapidement passer un test antigénique au centre médical Covid de l’aéroport de Lyon, accepté pour le transit.

Leçon1 : venir suffisamment à l’avance pour prévenir ce type de surprise.
Leçon2 : le dispositif sanitaire à Lyon est rapide. En 25 minutes tout était OK et muni de mon test antigénique je suis retourné à l’enregistrement, passé alors sans problème.

Au contrôle des passeports (on est en zone Schengen, mais la France soucieuse de sa sécurité contrôle les identités au départ et à l’arrivée, c’est ridicule, c’est une concession aux frontierolâtres du RN et autres, mais c’est comme ça…).
On a demandé son attestation de déplacement à mon voisin, je ne devais pas avoir une tête à ça, on m’a simplement contrôlé la CNI.
Escale de Francfort : aucun contrôle d’aucune sorte dans la zone de transit.
Embarquement pour Barcelone, avertissement-rappel de l’hôtesse de porte sur la nécessité d’être en possession d’un test PCR de moins de 72h et du QR code du certificat sanitaire.

Le séjour
Arrivée à Barcelone : contrôle sanitaire mais non policier du QR code et du test ; on ne peut y échapper, c’est fluide (il y a si peu de passagers), me voilà libre.
Les règles à Barcelone (elles sont différentes selon les régions) : restaurants et bars ouverts jusqu’à 17h, couvre-feu à 22h. Les hôtels gardent leurs restaurants ouverts pour leurs clients jusqu’à 22h et un peu plus, masque obligatoire et gel à profusion. Pas de règles particulières sinon le masque, à l’intérieur comme à l’extérieur.
Les salles de spectacles sont ouvertes à jauge 50%, avec un siège entre chaque spectateur, et masque obligatoire. Si la sortie a lieu après 22h, le billet d’entrée au théâtre fait office de justificatif.
Dans les théâtres, obligation de gel hydro-alcoolique à l’entrée. Pas plus de trois personnes aux toilettes (règle du Liceu) en même temps.

Effusions

Mais pour les artistes le protocole sanitaire doit être suffisamment sévère pour qu’on s’embrasse abondamment sur scène au moment des saluts d’Otello (dirigé par Gustavo Dudamel). Pour ma part je m’en réjouis fortement, mais…

Effusions

Pendant les concerts de Daniele Gatti avec le Mahler Chamber Orchestra au Palau de la Musica, protocole identique pour le public à l’entrée et distanciation pour les musiciens (un pupitre par exécutant), et masques, à l’exception des bois et cuivres évidemment, et Daniele Gatti dirige masqué .

Le public au Palau de la Musica

Il y a des règles, tout le monde est masqué dans les rues, mais on a le sentiment de vivre presque normalement au moins jusqu’à 17h . Je me demande même si dans le futur ce type de règle (masques gel etc…) ne sera pas notre quotidien, vaccin ou non.

Le retour
Pour le retour en France, un test PCR négatif est nécessaire, ça je le savais, mais je ne savais pas qu’il fallait aussi une déclaration sanitaire sur l ’honneur, sur le modèle du QR code espagnol. Mais nous, nous sommes bien plus avancés et donc la déclaration se fait à la main. Seulement après vérification, le site de l’ambassade de France en Espagne n’en fait pas mention j’ai appris la chose à l’aéroport de Barcelone.
Les Autrichiens (transit de 4h) demandent un test PCR de moins de 48h, et un QR code délivré après remplissage de formulaire. Mais les passagers en transit sont-ils soumis à la procédure ? Ce n’est pas si clair. Alors qui peut le plus que le moins, j’avais les deux.
Test PCR effectué à Barcelone dans un laboratoire, coût 100€. Résultat en une dizaine d’heures.
Autre obligation spécifique à l’Autriche: masque FFP2 en avion et à l’aéroport de Vienne.
Arrivée à Vienne : aucun contrôle d’aucune sorte pour accéder à la zone de transit.
Accès au Lounge Groupe Lufthansa (pour les passagers munis d’une carte de fidélité) : pas de rafraichissements ni nourriture, mais délivrance d’un paquet pique-nique à consommer (boisson comme nourriture) à 50m au moins à l’extérieur du Lounge.

Embarquement pour Lyon : Rappel de la nécessité d’un test PCR négatif de moins de 72h, et d’une déclaration sur l’honneur. Le formulaire est à disposition à la porte d’embarquement. Je le remplis.
Embarquement, contrôle de l’identité, du certificat sur l’honneur et du test négatif.

Vol sans histoires avec FFP2.

Arrivée à Lyon, contrôle de police de l’identité, très sympa d’ailleurs. Rien d’autre.
En voiture prévoyant – on ne sait jamais- des contrôles sauvages, j’avais préparé test, déclaration, attestation, mais rien n’est arrivé et je suis arrivé chez moi à 20h30 le 15 avril sans autre forme de procès.

Moralité : les contrôles sanitaires sont presque exclusivement effectués par les compagnies aériennes, très strictes en l’occurrence, mais, sauf à Barcelone à l’arrivée, il n’y a eu aucun autre contrôle sanitaire ni policier ni en Allemagne, ni en Autriche, ni en France (sauf la police des frontières). Et si vous êtes vacciné, ça ne compte pas, ça n’est pas encore prévu…
Tirez-en les enseignements. Ionesco ? Beckett ? Kafka ? Bouvard et Pécuchet ? Courteline ? Orwell ??

Une réflexion sur « RÉFLEXIONS SUR UN VOYAGE PROFESSIONNEL »

  1. C’est “abracadantesque”. En ce qui nous concerne, nous avons renoncé à aller au Festcal de Pentecôte à Salzburg (5 jours de quarantaine en Allemagne, comme en Autriche!
    En fait, les Français sont soumis à la quarantaine (5 jours, je crois) dans tous les pays de l’UE et de 8 jours en Suisse. Mais personne n’en parle dans les médias…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.